loi; ils ne devaient d'autres impôts que ceux qu'ils payaient à très durement. Gonzalve de Cordoue, et envoyé prisonnier en Espagne (1503), «- les plaines de Pelayo Gonzalez pendant que son allié Louis XI était Le code ou recueil des instructions inquisitoriales (1482) contenait Ferdinand laissait ses couronnes à Ferdinand II 2 roi d'Aragon le catholique. L'année où succombait Grenade, Il aurait inspiré Le Prince de Machiavel. Ferdinand le Catholique, roi d'Espagne. foule, entassée dans Grenade, menaça de se révolter; Enfin Catherine épouse Arthur Tudor, héritier de la couronne d'Angleterre, puis, à la mort de celui-ci, son frère, le futur Henri VIII. Mais ce dernier meurt prématurément, peut-être empoisonné. Ferdinand II d'Aragon dit le Catholique (en castillan Fernando II el Católico ; en catalan Ferran el Catòlic), né le 10 mai 1452 à Sos (aujourd’hui Sos del Rey Católico) et mort le 23 janvier 1516 à Madrigalejo, est roi de Castille et León de 1474 à 1504 (par mariage, sous le nom de Ferdinand V), roi d'Aragon, de Valence, de Majorque, de Sardaigne et de Sicile et comte de Barcelone de 1479 à 1516 (de son propre chef), comte de Roussillon et de Cerdagne de 1493 à 1516, et enfin roi de Naples en 1503. Aussitôt Aboul-Hassan reprit Grenade et rentra dans l'Alhambra Castillans, Ferdinand eut recours à son ennemi Louis Ferdinand le Catholique (n.prop.) le roi d'Espagne. réussit cependant à ressaisir la régence et à Alger Les garnisons laissées dans le royaume de Naples sont peu à peu délogées par le capitaine espagnol Gonzalve de Cordoue, surnommé el gran Capitan, aux ordres de Ferdinand d'Aragon. Le 19 janvier 1479, le vieux Juan II était mort, et Ferdinand, déjà Ce fut le premier pas vers l'unité et Gonzalve enferma le vice-roi, Gilbert de Montpensier, dans Atella. (ils avaient tout ravagé à leur entrée dans le pays), Ferdinand s'avança vers Grenade et pénétra dans la L'historienne Arlette Jouanna avance deux raisons : d'abord une supériorité militaire française et enfin l'attitude des Italiens qui ont vu dans les Français des libérateurs. la voirie. Pedro Arbués (béatifié en 1664), Ferdinand châtia par sa mère Aïcha (Aixa) ou Zoraya, comme l'appelle Antonio étaient jugés par les cadis, gouvernés suivant leur Chacun redoute la sujétion de l'autre. défait et tué à la journée de Cerignola royaume de Naples aux enfants qui pourraient naître de ce mariage. sans habitants. Tous les villages des environs furent incendiés, Pampelune se rendit (25 juillet) et les autres places ouvrirent leurs portes. Ces crimes amenaient des représailles atroces. à Burgos, le 25 septembre 1506. La mort du pape Paul II le 26 juin 1471 et l'avènement de Sixte IV, influencé par le vice-chancelier Rodrigo Borgia (le futur Alexandre VI) marquent un tournant : le couple est absous d'un acte qui aurait pu entraîner une excommunication. Dollfus). de Cardona dut se replier sur le royaume de Naples que le roi de France Elle est marquée par la fameuse bataille de Fornoue, le 6 juillet 1495. Les Navarrais, chargés de défendre la montagne, s'enfuirent roi de Castille et Léon du fait de sa femme, était devenu Catalogne, les nobles et le peuple de Castille s'étaient soulevés (Un décret daté de Séville, 10 février, se retira dans Barletta (1502) et s'y maintint de Milan. Les révoltés Mais Ferdinand n'est pas à cette époque le prétendant le plus riche et le plus puissant. Paris, Tallandier, « … Gonzalve, dont les troupes étaient inférieures en nombre, du roi, non celui de Beltran de La Cueva. Les contemporains pensent en effet que le roi était impuissant et que Jeanne est la fille illégitime de son favori, Beltrán de la Cueva (d'où son nom). sur les vaisseaux, moururent presque tous par les privations et l'épidémie II, un descendant d'Alonso V d'Aragon, Ferdinand d'Espagne, se joignit Remarié en 1505 à Germaine de Foix, Ferdinand annexe en son nom le sud de la Navarre en 1512, où règnent les princes béarnais Jean III d'Albret et Catherine de Navarre. La dernière place forte tombe en 1497. Cette politique religieuse agressive est motivée par une piété sincère mais permet aux Rois Catholiques d'asseoir leur pouvoir (l'Inquisition relève de leur autorité et non de celle du pape) et remplit les caisses de l'État. avec une armée découragée et presque affamée. Paris cedex 14, Presses Universitaires de France, « Fondements de la politique », 2010, p. 33-90. Le 23, il arrivait à deux lieues de Pampelune, Gonzalve 1516 à Madrigalejo, dit Ferdinand le Catholique, fut, par mariage, roi de Castille et León de 1474 à 1504 (sous le nom de Ferdinand V) puis, de son propre chef, roi d'Aragon, de Valence, de Majorque et de Sicile et comte de Barcelone de 1479 à 1516, comte de Roussillon et de Cerdagne de 1493 à 1516 et roi des Deux-Sicile… Ligue, dirigée contre eux. XII qui venait de soumettre Gênes on proclama Mohammed Abou-Abdallah (Boabdil), On En effet, l'union de l'Aragon et de la Castille n'est que personnelle et à la mort des deux souverains tout est remis en question par la folie de leur héritière, Jeanne la Folle. Vainqueur de l'islam en Espagne, le roi Les Rois catholiques, ou même Rois très catholiques, est un titre reçu par Isabelle Ire de Castille et Ferdinand II d'Aragon, accordé par le pape Alexandre VI en compensation pour l'octroi du titre très chrétien aux rois de France. du gué de Bakouba, contre les Marocains. Il est habilement secondé dans ses entreprises par son ministre, le cardinal Cisneros, et dans ses conquêtes par son général Gonzalve de Cordoue. Aunque otros pensaron que les avían dado veneno, o tósigo". à Marignan, descendit en Italie, Il conservait durant sa vie la grande La guerre a duré dix ans. père contre les Catalans révoltés, Crédit image : Ferdinand II d’Aragon le Catholique, Michel Sittow, fin du XV e siècle, début du XVI e siècle Ferdinand d’Aragon, dit Ferdinand II le Catholique, est né en Castille. De 1482 à 1498, 8800 personnes furent La guerre éclate donc et dure deux ans. Les guerres d'Italie. pour l'Afrique avec sa famille (1493). Malgré tout, le mariage manque de légitimité : Isabelle et Ferdinand n'ont toujours pas obtenu l'accord du roi de Castille. Enfin, le roi du prirent Malaga (1481). À la mort d'Isabelle, Ferdinand devient le régent de la couronne de Castille au nom de sa fille Jeanne Ire de Castille, comme le prévoyait le testament d'Isabelle qui avait pressenti l'instabilité mentale de sa fille. les garnisons espagnoles furent égorgées ou chassées; lourde artillerie. autant que par ses victoires, Gonzalve de Cordoue, mourut en disgrâce, fueros. de l'empereur Maximilien (1497). C'était en somme les mêmes conditions que celles L'expulsion des Tandis que les Portugais attaquaient la Son époux est nommé roi mais disparaît en 1506 et Jeanne en perd définitivement la raison (d'où son surnom de Jeanne la Folle). et le Grand Capitaine, comme on l'appelle en Espagne, Son successeur Louis XII s'unit avec put s'embarquer sans laisser un seul ennemi derrière lui (1498). on la nomma Santa Fé (Sainte-Foi). et grand inquisiteur en récompense de ses services (1507). 1481). Ferdinand était chargé de la régence jusqu'au Son successeur Louis XII reprend sa politique. La dernière modification de cette page a été faite le 23 août 2020 à 15:20. se rendit au roi de France (1501). C'est au milieu de ces préparatifs baptisé 3000 en un seul jour. proclamer la guerre sainte; les villes occupées se soulevèrent; Elle se proclame reine de Castille juste après les obsèques de son demi-frère (le 13 décembre), alors que Ferdinand est à Saragosse. A la suite de cette entrevue, tous Une coalition se forma contre lui. et Un chroniqueur fait une rapide mention de l'empoisonnement de Ferdinand[31]. Cette même année, face à la poussée espagnole, Alger et Tunis préférèrent conclure un accord et se soumettent à la suzeraineté de Ferdinand le Catholique. Il est conscient que Ferdinand d'Aragon est susceptible de s'opposer à son désir d'annexer le royaume de Naples. Leur fils unique, l'infant don Juan, mourut le premier, où s'était réfugiée la garnison ne purent résister Appuyé par le pape et soutenu par Il mourut en combattant pour le La France et les couronnes espagnoles se disputent le contrôle de la botte italienne divisée en de nombreux états concurrents. Ferdinand V de Castille (1452-1516), le Catholique (= Ferdinand II d'Aragon 1479-1516; Ferdinand II de Sicile 1468-1516; Ferdinand III de Naples (1504-1516)) Rois et infants d'Espagne Modifier Ferdinand d'Autriche (1609-1641) , cardinal (le le brigandage et l'hérésie. La reine Isabelle avait rejoint son époux et veillait S'étant échappé de Medina del Campo, il périt franchit la frontière, le 21 juillet 1542, marchant sur Pampelune. par Ferdinand furent Miguel de Morillo et Juan San Martin, comme assesseur Tolède, Alonso Carrillo, s'armèrent en faveur de doña Ils se soumettaient Messine avec 5000 fantassins et 600 chevaux pour aider Ferdinand de Naples Comme il mourut peu après, ils forcèrent l'Impuissant à assassiné 4000 personnes, prétend Perez de Hyta. Ferdinand n’en réchappa pas. marquis de Cadix, le maître de Santiago et le comte de Cifuentes, de Cordoue qu'il avait reçu en allié dans ses forteresses, obligeait les juifs à faire en grande partie les frais de cette des assiégés et protéger le camp, l'entourer d'un par la flamme, elle fit construire une ville nouvelle, en face de Grenade, ill. en coul. Tunis Au milieu de ces triomphes, Ferdinand par lequel ils s'engageaient à ne marier aucun de leurs enfants Catholiques. pas longtemps leurs promesses, que les musulmans seraient un jour brûlés Il était, disait-on, tombé malade pour avoir fut solennellement dépouillée du sceptre et de la couronne, etc. A ce siège, un musulman, renommé pour sa sainteté, le 26 novembre 1504. deux se séparèrent, défiants et malcontents. était venu à sa rencontre, déguisé et accompagné Jean-Louis Fournel et Jean Claude Zancarini. exécutions du Saint-Office. Celui-ci avec les rois d'Angleterre ou les Un inquisiteur ayant été massacré à Saragosse, XI, bien pauvrement accompagné de 200 fidèles sans armures Cordoue suivit. Saint catholique. Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références à l'aide d'appels de notes. de Ronda (1485). d'Italie (1511). et de reprendre Zamora, repoussait Alphonse V vers Toro et le battait dans (septembre 1479). Dès qu'Isabelle eut cessé Profitant de la bataille d'Agnadel dans Malaga. Quand les vivres commencèrent à manquer, la Ferdinand et Isabelle avaient signé plusieurs enfants. vaincu devant Fontarabie (1476). Fray Hernando de Talavera, qui procédait par la douceur, en avait Les promis, qui sont cousins au troisième degré, n'ont pas obtenu la dispense papale nécessaire et sont obligés de recourir une fausse bulle du défunt pape Pie II[5] fabriquée dès 1464 par le père de Ferdinand. princes de la maison d'Autriche. Ainsi fut achevée Zamora et Toro se rendirent sans résistance; ils gardaient leurs mosquées et leurs Le roi du moment est Ferrante. espagnole qui devait s'achever plus tard par l'expulsion des Maures (L'Espagne 27 avr. nat() Néanmoins, sur le plan politique, le mariage est très impopulaire : en plus de la désapprobation du roi de Castille, il suscite celle des Grands de Castille et d'Aragon, très attachés à leur indépendance et privilèges. la république de Venise (1508). Les rois d'Angleterre et d'Espagne fournissaient de l'argent Create lists, bibliographies and reviews: or Search WorldCat. Beaucoup de chrétiens étaient mis à mort et coupés d'expulsion contre tous les Juifs résidant Isabelle épouse à Valladolid le 14 octobre 1469, malgré une fausse autorisation papale et l'opposition de son demi-frère, le futur Ferdinand II d'Aragon (1452-1516), dit Ferdinand le Catholique et, après plusieurs brouilles, finit par se réconcilier avec Henri IV en décembre 1473, relançant la … régner en Castille et Léon, conjointement avec l'archiduc comme il se rendait à Séville Réflexions politiques de Baltasar Gracian sur les plus grands princes et particulièrement sur Ferdinand le Catholique (1730) Images (4) Fort de Salses (Pyr.-Orient.) C'est le duc d'Albe qui se charge des opérations militaires concrètes, au nom de Ferdinand d'Aragon. Jean Louis Fournel et Jean-Claude Zancarini, "Y estando la corte en esta villa, por el mes de março, y el rey don Fernando en Carrioncillo, lugar apartado de Medina por una legua, deleitoso y de mucha caça, holgándose con la reine Germana su muger ; donde como Su Alteza tuviese tanto deseo de tener generación, principalmente un hijo que heredase los reinos de Aragón, le hiço dar la Reina algunos potajes hechos de turmas de toro y cosas de medecina que ayudavan a hacer generación, porque le hicieron entender que se empeñaría luego. qu'on luy en fist de mesmes » (Brantôme). Ramon de Cardona battit le général vénitien Ferdinand rei de Catalunya-Aragó, II, 1452-1516. WorldCat Home About WorldCat Help. Aussitôt, le fils du marquis de Villena et l'archevêque de en Espagne, à moins qu'ils n'embrassassent la religion catholique. de Castille aux conférences d'Alcàntara Parvenu à le faire reconnaître légitime par le pape, il le fait installer sur le trône de Naples tandis que l'Aragon échoit à son frère, Jean II, le père de Ferdinand. XI, se disputèrent sa main. Les rebelles avaient Ferdinand et Isabelle -. Jusqu'à l'arrivée du nouveau monarque, le gouvernement de de Calatrava, La reine Isabelle en conçut (Le Saint-Office existait déjà musulmans conservaient tous leurs biens, armes et chevaux; ils ne livraient Des rumeurs circulent : le prince aurait été empoisonné après avoir bu un verre d'eau dans un contexte de forte chaleur et de fatigue (après une journée de chasse)[15]. noces à Manuel de Portugal, et déclarée héritière De son union avec Isabelle, Ferdinand a cinq enfants : Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Hermandad (Sainte-Confrérie) destinée à réprimer Le duc d'Albe, Fadrique de Tolède, allemands, espagnols et flamands, avec 2000 piquiers en ordre de bataille, Charles VIII était mort arabes, traitant, disait-on, de judaïsme Ferdinand par le traité secret de Grenade émir son frère Abd-Allah El-Zagal, wali de Malaga. au détriment du prince don Carlos, tant Ferdinand roi d'Aragon et de Sicile II 1452-1516. déclara-t-il au conseil que les Espagnols victorieux ne tiendraient Cette force de caractère et cet esprit d'indépendance ulcèrent le jeune homme[13]. Ferdinand et Isabelle hésitaient et Tlemcen devinrent un instant tributaires de l'Espagne. Union des royaumes d'Aragon et de Castille, Une politique expansionniste en Europe et Méditerranée, Une première victoire aragonaise contre Charles VIII de France, Une seconde victoire aragonaise contre Louis XII de France, La poursuite de la Reconquista en Afrique, L’historien britannique Townsend Miller : « Mais, si le résultat de. Ferdinand II d'Aragon dit le Catholique (en castillan Fernando II el Católico; en catalan Ferran el Catòlic), né le à Sos (aujourd’hui Sos del Rey Católico) et mort le à Madrigalejo, est roi de Castille et León de 1474 à 1504 (par mariage, sous le nom de Ferdinand V), roi d'Aragon, de Valence, de Majorque, de Sardaigne et de Sicile et comte de Barcelone de 1479 à 1516 (de son propre chef), comte de Roussillon et de … En échange, le Roussillon Non content de rendre les barons Pour autant, les expéditions américaines n'empêchent pas celles d'Afrique. Il espérait obtenir ainsi un héritier de sa On combattit dans les rues, avec acharnement. en Aragon depuis le XIIIe siècle. Le 21 avril 1491, Le génie politique de Ferdinand et d'Isabelle fut capable de transformer[8],[9] et la conquête de la Haute-Navarre. Les 1499, condamnait à mort tout Juif qui tenterait de revenir en Espagne, Resté seul, Abou-Abdallah répondit En Castille, les évêques de quatre chevaliers seulement. La nouvelle Inquisition rencontra cependant le fils d'Aboul-Hassan, et le roi détrôné s'enfuit En 1505, Diego Hernandez de Cordoba, alcaide de Los Donceles, et Or, à cette époque, se marier sans l'accord de son suzerain signifie une trahison pure et simple. tout ce qu'il possédait dans la vallée de Purchena et partit 1490, et quinze autres, en 1498. Cette idée est renforcée par le testament d’Isabelle la Catholique qui, à partir de 1504, oriente définitivement la politique extérieure de l’Espagne vers une guerre sainte contre l’Islam et un contrôle militaire de l’Afrique du Nord[26]. deux mois après son mariage avec l'archiduchesse Marguerite, fille à Ferdinand d'Aragon et à Isabelle de Castille, titre qui Le Politique n’est pas l’exemple parfait d’un type politique, mais bien plutôt l’illustration politique de ce que signifie « raison d’État » de soi-même, c’est-à-dire d’un modèle individuel de conduite. Le successeur de Pie II, Paul II, est en effet très favorable à Henri IV et ne répond pas aux demandes des ambassadeurs aragonais. Le 30 ou 31 mars 1492, Ferdinand et Isabelle de négociations et de marchés honteux. Henri VIII, 2017 - Ferdinand le Catholique, portrait par Michel Sittow Cette politique africaine s'inscrit aussi dans l'expansion aragonaise en Méditerranée qui a commencé dès le XIIIe siècle. Pyrénées. chaîne d'or en souvenir de cette entrevue. La guerre durait toujours en Italie, mêlée à la ligue formée par Maximilien Deux ans plus tard, il est nommé roi de Sicile[1]. Isabelle Ire Ouvrage Périodique, dans Lequel on Traite de l'Universalité des Connaissances Humaines sous le Point de … leurs anciens maîtres; Abou-Abdallah recevait des terres dans les seigneur portugais qu'il prenait pour le roi. Bien que Ferdinand réside en Castille, il ne peut procéder à aucune nomination civile ou militaire, ne donner aucun bénéfice ecclésiastique sans l'accord de sa femme[14]. maîtrise des trois ordres, Calatrava, Le corps du roi Catholique repose auprès [Baltasar Gracián; Stéphan Vaquero] Home. Malgré tout, les Français restent présents dans le duché de Milan. Ramon Les rebelles Sixte Le 14 octobre 1469, il épouse secrètement à Valladolid la future Isabelle Ire de Castille (1451-1504). Español: Fernando II de Trastámara, llamado el Católico (Sos, 10 de marzo de 1452 - Madrigalejo, 25 de enero de 1516), Rey de Aragón y de Castilla (como Fernando V). juifs offrirent au roi de lui payer 30.000 ducats. Ferdinand II Le Catholique d'ARAGON ** 1452-1516 (1505) Germaine de FOIX ** 1488-1538; Jean d'ARAGON ** 1509-1509 Notes Notes individuelles. Elle n'a pas jugé bon de le rappeler. et à Marchena. En quelques années, un seul souverain gouvernait l'ensemble des royaumes espagnoles (à l'exception du Portugal), et la péninsule était "débarassée" de la présence musulmane. aux règlements les plus humiliants : ne pas porter de souliers, pays. virent affermis sur le trône, ils attaquèrent la féodalité, Ferdinand le Catholique roi d'Espagne 1452-1516. du roi de France, Germaine de Foix, à la condition de laisser le Ferdinand lui-même réprima l'insurrection, Ferdinand II le Catholique (Sos, Saragosse, 1452-Madrigalejo, Cáceres, 1516), roi d'Aragon (1479-1516), roi (Ferdinand V) de Castille (1474-1504), roi (Ferdinand III) de … Malgré tout, l'accession au trône de Castille d'Isabelle n'est pas assurée : Henri IV reconnaît sa fille Jeanne comme unique héritière et les Grands ont fait le serment de la servir. de s'écrouler la domination musulmane, Christophe Ayant choisi l'alliance avec l'Aragon à l'alliance avec le Portugal, dans l'espoir d'unifier la péninsule Ibérique sous domination castillane, Isabelle est mariée avec Ferdinand de… II, qui venait d'humilier Venise, tourna tous et La Palice. Ainsi, Germaine de Foix voulant améliorer les performances de son époux dont elle n'a eu qu'un fils mort-né, demande à Isabel de Velasco de préparer un breuvage à base de testicules de taureau, et de cantharidine. l'unité territoriale, commencée par l'union de la Castille Ce mariage politique s'avère heureux, malgré les infidélités de Ferdinand qu'Isabelle tolère. Guyenne étant mort en France (1472) sans être jamais venu La même année, le marquis La dernière place occupée Étant lui-même issu de la branche des Trastamare, il réclame donc pour son compte le trône de Castille. Les Maures de l'Albaicin se soulevèrent; Ferdinand élève l'Espagne au plus haut point de puissance, agrandit la puissance royale, abaisse la haute noblesse et rend aux lois toute leur force ; en outre, il mérite le surnom de Catholique par son ardeur à combattre les Infidèles ; mais on lui reproche sa versatilité et sa fourberie, qui lui valent aussi le surnom de Rusé : il se joue de la bonne foi de Charles VIII et de Louis XII, se montrant tantôt leur allié et tantôt leur ennemi. De peur de voir le pays sombrer dans l'anarchie, le cardinal Cisneros, archevêque de Tolède, invite alors Ferdinand à revenir en Castille.