Il annon�ait un affranchissement, des splendeurs au ciel, le nouveau-n� un bras dans la caverne du dragon, l'or � la place de l'argile, le D�sert s'�panouissant comme une rose. La lune se levait. Mais son attention �tait partag�e entre le Proconsul et ce qu'on disait aux tables voisines. Mais des formes remu�rent dans l'ombre ind�cise des tombeaux, et il en surgit des hy�nes, tout effar�es, pantelantes. Antipas en dit la cause: le festin de son anniversaire; et il montra plusieurs de ses gens qui, pench�s sur les cr�neaux, halaient d'immenses corbeilles de viandes, de fruits, de l�gumes, - des antilopes et des cigognes, de larges poissons couleur d'azur, des raisins, des past�ques, des grenades �lev�es en pyramides. L'air �tait chaud et bleu. - Au mois de mars 1853, elle fut prise d'une douleur dans la poitrine, sa langue paraissait couverte de fum�e, les sangsues ne calm�rent pas l'oppression; - et le neuvi�me soir elle expira ayant juste soixante-douze ans. Antipas l'imita, les pr�tres, les soldats, les Pharisiens, tous r�clamant une vengeance - et les autres, indign�s qu'on retard�t leur plaisir. - Souvent le ch�telain festoyait ses vieux compagnons d'armes. Mais la seconde regorgeait de piques, - et qui allongeaient toutes leurs pointes, �mergeant d'un bouquet de plumes. Un ma�tre y d�montrait � son �l�ve l'art de dresser les chiens et d'affa�ter les faucons, - de tendre les pi�ges, comment reconna�tre le cerf � ses fum�es, le renard � ses empreintes, le loup � ses d�chaussures, le bon moyen de discerner leur voie, de quelle mani�re on les lance, o� se trouvent ordinairement leurs refuges, quels sont les vents les plus propices, avec l'�num�ration des cris et les r�gles de la cur�e. © FichesDeLecture.com, Tous droits réservés, Résumés et analyses littéraires pour le bac, Encore 5 téléchargements disponibles ce mois-ci. Il venait encore d'�tudier le firmament, mais n'avan�ait pas jusqu'au T�trarque, redoutant les taches d'huile, qui pour les Ess�niens �taient une grande souillure. Et l'Empereur en pleurait de d�pit ne sachant de quelle mani�re t�moigner sa reconnaissance, quand tout � coup il se frappa le front, dit un mot � l'oreille d'un courtisan; les rideaux d'une tapisserie se relev�rent, et une jeune fille parut. H�rodias l'entendit � l'autre bout du palais. disait Antipas, - "car, enfin, Absalon a couch� avec les femmes de son p�re, Juda avec sa bru, Ammon avec sa s�ur, Lot avec ses filles.". Il se pr�cipita vers les cuisines, emport� par cette goinfrerie qui devait surprendre l'Univers. Elle l'atteignit au front, et y resta plant�e. Les trois contes sont d'abord parus de manière plus individuelle, dans la revue Le Moniteur universel. Quand ils revenaient par l�, Trouville, au fond sur la pente du coteau, � chaque pas grandissait, et avec toutes ses maisons in�gales semblait s'�panouit dans un d�sordre gai. M. Bourais lui cachait un c�t� du ch�ur. et du bras gauche il lui entoura la taille. - On n'en disait pas davantage. Julien qui les �coutait, en poussait des cris. Il s'�loigna. Aulus n'y tint pas. Ils plant�rent contre la porte leurs douze faisceaux, des baguettes reli�es par une courroie avec une hache dans le milieu. Il ira chez les Arabes, les Gaulois, les Scythes. Ensuite, survenaient d'atroces gel�es, qui donnaient aux choses la rigidit� de la pierre, et inspiraient un besoin fou de manger de la viande. Il se pr�sentait toujours � l'heure du d�jeuner, avec un affreux caniche dont les pattes salissaient tous les meubles. Leurs visages �taient sombres, ceux des Pharisiens surtout ennemis de Rome et du T�trarque. que l'on trouverait au haut de l'escalier. Mais le jeune homme � toutes les questions secouait la t�te. Tour � tour, il secourut le dauphin de France et le roi d'Angleterre, les templiers de J�rusalem, le sur�na des Parthes, le n�gus d'Abyssinie et l'empereur de Calicut. D�s lors il redouta les armes. Le temps n'apaisa pas sa souffrance. L'�blouissante clart� du dehors plaquait des barres de lumi�re entre les lames des jalousies. Au printemps, la terre humide avait une odeur de pourriture. Un brouillard flottait, il se d�chira, et les contours de la Mer Morte apparurent. Mme Aubain, assise, travaillait � son ouvrage de couture; Virginie pr�s d'elle tressait des joncs; F�licit� sarclait des fleurs de lavande. Il faudra, Moab, te r�fugier dans les cypr�s comme les passereaux, dans les cavernes comme les gerboises. On voyait contre les murs: des chapelets, des m�dailles, plusieurs Bonnes Vierges, un b�nitier en noix de coco; sur la commode, couverte d'un drap comme un autel, la bo�te en coquillages que lui avait donn�e Victor puis un arrosoir et un ballon, des cahiers d'�criture, la g�ographie en estampes, une paire de bottines, et au clou du miroir, accroch� par ses rubans, le petit chapeau de peluche. De la glace couvrait les foss�s. Tout en buvant, ils se rappelaient leurs guerres, les assauts des forteresses, avec le battement des machines et les prodigieuses blessures. La lune � son premier quartier �clairait une partie du ciel, et un brouillard flottait comme une �charpe sur les sinuosit�s de la Toucques. Ses attaques contre J�rusalem gagnaient � eux le reste des Juifs. Il lui abandonnait son palais, ses vassaux, tous ses biens, sans m�me retenir les v�tements de son corps, et ses sandales. Le jour allait para�tre et derri�re le vitrail, les petits oiseaux commen�aient � chanter. Cette fiche de résumé sur Trois Contes de Flaubert a été rédigée par un professeur de français. Les Pharisiens baissaient hypocritement leurs yeux. - Le soleil �clairait ces pauvres objets en faisait voir les taches, et des plis, form�s par les mouvements du corps. et il l'avait trouv�e sur le seuil, �tant sortie de sa couche, quand le gnomon du palais marquait la troisi�me heure, l'instant m�me o� il abordait J�sus. Par divertissement un nain sortit d'un p�t� - et, les �cuelles ne suffisant plus, car la foule augmentait toujours, on fut oblig� de boire dans les oliphants et dans les casques. Iaokanann!". Le passage �tant connu, les voyageurs se pr�sent�rent. Il se reculait pour ne pas la voir. Sa chevelure, relev�e par un peigne, exag�rait la longueur de son front. Il allait � l'ardeur du soleil, sous la pluie, par la temp�te, buvait l'eau des sources dans sa main, mangeait en trottant des pommes sauvages, s'il �tait fatigu� se reposait sous un ch�ne - et il rentrait au milieu de la nuit, couvert de sang et de boue, avec des �pines dans les cheveux et sentant l'odeur des b�tes farouches. Dans son d�s�uvrement elle essaya de faire de la dentelle. "La Loi condamne ces mariages, sans les proscrire absolument. Une vieille barque, enfouie � l'arri�re, dressait sa proue dans les rosaux. Puis ils se retir�rent, chacun par un escalier diff�rent, - � reculons, sans se perdre des yeux. D�s qu'il entra dans la barque, elle enfon�a prodigieusement, �cras�e par son poids. Une rumeur emplit le ch�teau, un vacarme de gens qui couraient, de meubles qu'on tra�nait, d'argenteries s'�croulant; - et, du haut des tours, des buccins sonnaient pour avertir les esclaves dispers�s. Le T�trarque s'affaissa sur lui-m�me, �cras�. C'�tait le jour, et il reconnut, au-del� des orangers, le fa�te de son palais. Iaokanann en est un. Le matin, par habitude, F�licit� entrait dans la chambre de Virginie, et regardait les murailles. Des lames de cimeterres couvraient les parois de la quatri�me. Elle arrosait leurs feuilles, renouvelait le sable, se mettait � genoux pour mieux labourer la terre. Ce fut quinze jours apr�s que Li�bard, � l'heure du march� comme d'habitude, entra dans la cuisine; et lui remit une lettre qu'envoyait son beau-fr�re. pauvre m�re!" Devant lui, un rocher pareil � un long mur s'abaissait, en surplombant un pr�cipice; et � l'extr�mit�, deux boucs sauvages regardaient l'ab�me. Les herbages envoyaient l'odeur de l'�t�. Il se tenait accroupi devant le T�trarque, qui �tait debout pr�s de Vitellius. - Alors elle songea au perroquet. Résumé. La table proconsulaire occupait sous la tribune dor�e, une estrade en planches de sycomore. Leur dieu pouvait bien �tre Moloch, dont il avait rencontr� des autels sur la route; - et les sacrifices d'enfants lui revinrent � l'esprit, avec l'histoire de l'homme qu'ils engraissaient, myst�rieusement. Elle ne sut que r�pondre et avait envie de s'enfuir. Loulou! Tib�re avait eu raison d'en exiler quatre cents en Sardaigne. Loulou, cach� sous des roses, ne laissait voir que son front bleu, - pareil � une plaque de lapis. Les Fun�railles seraient faites selon les instructions qu'il avait laiss�es par �crit, sur un prie-dieu, dans la chambre des morts. Deux trous dans la muraille servaient de fen�tres. Puis il tira l'Empereur de sa prison, et le fit remonter sur soit tr�ne, en pr�sence de toute sa cour. Découvrez nos abonnements. ", L'Ess�nien comprenait maintenant ces paroles: "Pour qu'il croisse, il faut que je diminue. - Du sang caill� d�j� parsemait la barbe. Ses mains qu'elle y porta �taient rouges. Une simarre de pourpre l�g�re l'enveloppait jusqu'aux sandales. - "Est-ce vrai?" Enfin elle rentra �puis�e, les savates en lambeaux, la mort dans l'�me; - et, assise au milieu du banc, pr�s de Madame, elle racontait toutes ses d�marches, quand un poids l�ger lui tomba sur l'�paule. Un lien de son c�ur les unissait, et leurs destin�es devaient �tre la m�me. Il �piait le retour de ce mouvement; - et sa respiration devenait plus forte; des flammes s'allumaient dans ses yeux. Cette maison, rev�tue d'ardoises, se trouvait entre un passage et une ruelle aboutissant � la rivi�re. C'�tait partout un grand silence, et il ne d�couvrait aucune des b�tes qui peu de minutes auparavant erraient � l'entour de son ch�teau. Puis ils donnaient au jeune seigneur des coquilles de leur manteau. Il lui paya du cidre, du caf�, de la galette, un foulard et s'imaginant qu'elle le devinait, offrit de la reconduire. Phanuel passa le long des murs. Tu as dress� ta couche sur les monts, pour accomplir tes sacrifices! Il les avait rassembl�es en pr�vision d'une alliance de ses ennemis; mais le Proconsul pouvait croire ou dire que c'�tait pour combattre les Romains, et il cherchait des explications. et tous ses malheurs en d�coulaient - car, depuis douze ans bient�t, la guerre continuait. Contre le lambris peint en blanc, s'alignaient huit chaises d'acajou. qu'il finisse! Cette d�ception l'exasp�ra plus que toutes les autres. Le faucon ne tardait pas � descendre, tout en d�chirant quelque oiseau, et revenait se poser sur le gantelet, les deux ailes fr�missantes. Mais le vent apportait � son oreille comme des r�les d'agonie, les larmes de la ros�e tombant par terre lui rappelaient d'autres gouttes d'un poids plus lourd. V�tu de pourpre, il restait accoud� dans l'embrasure d'une fen�tre, en se rappelant ses chasses d'autrefois - et il aurait voulu courir sur le d�sert apr�s les gazelles et les autruches, �tre cach� dans les bambous � l'aff�t des l�opards, traverser des for�ts pleines de rhinoc�ros, atteindre au sommet des monts les plus inaccessibles pour viser mieux les aigles, et sur les gla�ons de la mer combattre les ours blancs. - Vers midi au plus fort du march�, on voyait para�tre sur le seuil un vieux paysan de haute taille, la casquette en arri�re, le nez crochu, et qui �tait Robelin le fermier de Geffosses. Julien parcourut de cette mani�re une plaine interminable, puis des monticules de sable - et enfin, il se trouva sur un plateau dominant un grand espace de pays. Alors il lui demanda si elle pensait au mariage. Des sanglots l'�touffaient, et il s'en retournait vers la campagne. Son p�re �tait venu des bords de l'Euphrate, s'offrir au grand H�rode avec cinq cents cavaliers, pour d�fendre les fronti�res orientales. "Malheur � toi, � Peuple! Quand elle entendait dans la rue les tambours d'un r�giment en marche, elle se mettait devant la porte avec une cruche de cidre, et offrait � boire aux soldats. Les Pharisiens les avaient repouss�es ces comme ind�cence romaine. dites-lui adieu!". Mme Aubain eut leur visite, et ne manqua pas de la rendre; du plus loin qu'elles paraissaient F�licit� accourait pour la pr�venir. Avait-on revu ces deux hommes, admis par indulgence, l'autre mois, dans son cachot, et savait-on depuis lors ce qu'ils �taient venus faire? C'�tait l'heure o� Manna�i ordinairement leur jetait du grain. Malheur � sa vie! Il atteignit son atlas, puis commen�a des explications sur les longitudes. Sa membrure craquait, les vagues pesantes fouettaient sa proue. elle pleura en �coutant la Passion. Cependant les splendeurs destin�es � son fils l'�blouissaient, bien que la promesse n'en f�t pas claire, et qu'il dout�t m�me de l'avoir entendue. Par l'ouverture de la grande baie, on apercevait des flambeaux sur les terrasses des maisons. Mais comprenant qu'il s'agissait d'une chose consid�rable, d'un ordre auquel il ne fallait pas d�sob�ir, il reprit ses avirons; et le claquement des tolets coupait la clameur de la temp�te. Ces hyperboles furent exprim�es en latin. Puis il se rangea le long du mur, qu'il masquait de sa toge, avec ses deux coudes �cart�s. Iaokanann dangereux! Un porte-balle lui affirma qu'il l'avait rencontr� tout � l'heure � Saint-Melaine, dans la boutique de la m�re Simon. "Vous n'auriez pas vu, quelquefois, par, hasard, mon perroquet?" Le T�trarque n'�coutait plus. Paul donna l'explication de ces gravures � F�licit�. En faisant claquer leurs ongles sur les dalles, elles vinrent � lui et le flairaient avec un b�illement qui d�couvrait leurs gencives. Un r�le, de plus en plus pr�cipit�, lui soulevait les c�tes. Un tumulte s'�leva sous la porte. Phin�es, Galil�en d'origine, refusa de les traduire. Un certain Fellacher se chargea de cette besogne. Quelquefois, au tournant d'une c�te, il voyait sous ses yeux une confusion de toits press�s, avec des fl�ches de pierre, des points, des tours, des rues noires s'entrecroisant, et d'o� montait jusqu'� lui un bourdonnement continuel. Julien penchait son corps, d�pliait les bras, et s'arc-boutant des pieds se renversait, avec une torsion de la taille, pour avoir plus de force. C'�taient de merveilleuses b�tes, souples comme des serpents, l�g�res comme des oiseaux. Ils avaient des dialogues, lui d�bitant � sati�t� les trois phrases de son r�pertoire, et elle y r�pondant par des mots sans plus de suite, mais o� son c�ur s'�panchait. Il se pr�senta un arc sur l'�paule, un fouet � la main. Il ne se r�voltait pas contre Dieu qui lui avait inflig� cette action, et pourtant se d�sesp�rait de l'avoir pu commettre. Elle s'�chappait la nuit, et parvenue au rendez-vous, Th�odore la torturait avec ses inqui�tudes et ses instances. La petite caravane mit pied � terre pour passer les Ecores; c'�tait une falaise surplombant des bateaux; et trois minutes plus tard, au bout du quai, on entra dans la cour de l'Agneau d'or, chez la m�re David. Au bout de plusieurs minutes, des savates se tra�n�rent, la porte s'entreb�illa, et une religieuse parut.